La Balise (Pilottown) contre vents et marées

Pilottown est une petite communauté de résidents temporaires située à l’embouchure du Mississippi, sur la rive est du fleuve, en amont de la jonction des trois bras principaux du delta (Head of Passes).

Elle fournit l’assistance aux navires qui remontent le fleuve jusqu’à la Nouvelle-Orléans ou en descendent, sur une distance de 160 kilomètres. Le savoir-faire de ces pilotes est en effet indispensable pour guider les navires sur ce parcours périlleux qui nécessite une parfaite connaissance de la météorologie, des courants, des marées et des bancs de sable. Fondé à la fin du 19ème siècle, Pilottown était un village portuaire, exposé aux conséquences désastreuses des ouragans qui frappent régulièrement la Louisiane. C’est l’ouragan Katrina qui chassa en août 2005 ses derniers résidents permanents. En réalité, l’aide au pilotage des navires existait depuis le début de la Louisiane française. Le village portuaire s’appelait alors “La Balise”. Voici son histoire…

Contre vents et marées

Carte de l’embouchure du Mississippi par J.N. Bellin datée de 1744, où on voit très bien le Fort La Balise près du “Chenal pour les Vaisseaux”, en bas à droite

Quand La Nouvelle-Orléans fut fondée en 1718, les Français disposaient déjà d’un petit poste rudimentaire pour protéger l’entrée du delta du Mississippi, nommé “La Balise”. En 1723, un chenal fut creusé pour faciliter le passage des navires hauturiers et le poste de la Balise fut fortifié. Le port de la Balise permettait de louer les services d’un pilote pour guider les navires jusqu’à La Nouvelle-Orléans ou, en cas de trop fort tirant d’eau, de transborder leur cargaison sur des bateaux plus petits qui poursuivaient le voyage. Le village de La Balise était devenu le port principal de La Nouvelle-Orléans. Sa position géographique offrait aussi l’avantage de faciliter le commerce avec les Espagnols. Mais cette situation était fragile. La côte est extrêmement mouvante et les ouragans dévastateurs…

En septembre 1740, un ouragan frappa l’embouchure du Mississippi et détruisit en grande partie le village de La Balise. A la fin des années 1740, les tempêtes successives avaient fini par éliminer les dernières traces du village original. Le village fut ensuite reconstruit plusieurs fois, avec une histoire toujours aussi mouvementée. Le dernier d’entre eux fut définitivement abandonné dans les années 1860, pour renaître sous le nom de… Pilottown.