Chicago où le Français est parlé depuis 1673

Dans les récits d’histoire de Chicago au 17ème siècle, les faits français de la troisième plus grande métropole des Etats-Unis au cœur du Midwest sont nombreux et délectables. En voici quelques-uns.

Le besoin du canal Illinois-Michigan au début du développement économique de Chicago fut exprimé par Louis Jolliet en 1673 à l’occasion d’un portage entre les rivières Chicago et Des Plaines.

L’épitaphe au 2631 avenue Damen, autrefois la rue du Fond du Lac, indique l’endroit où les pères Jacques Marquette, Jacques Largillier et Pierre Porteret bâtirent leur habitation en 1674 parmi les Miamis.

Habitation d’hiver du père Marquette à Chicago en 1674 parmi les Miamis (source https://chicagology.com)

Robert Cavalier de La Salle séjourna à Chicagou en 1679 et dans deux de ses lettres, rapportées dans Relations des Jésuites, il utilisa le mot «Chicagou» en référence à sa localisation sur le lac Michigan.

Chicagou apparut pour la première fois sur la carte de la Nouvelle-France de 1684 dressée par Jean Baptiste Louis Franquelin, le cartographe du roi Louis XIV employé au Canada par le gouverneur Frontenac.

Olivier Morel de la Durantaye érigea en 1685 Fort Chicago, un entrepôt pour sécuriser les marchandises du Fort Saint-Louis du Rocher à Starved Rock qui avait été attaqué par les Iroquois l’année précédente.

Henri Joutel, fils d’un jardinier de Rouen (France) et un lieutenant de La Salle, séjourna trois semaines à Chicagou en 1687-88 pour s’enquérir de l’origine de ce nom autochtone qu’il traça à l’ail des bois.

En 1693, Pierre d’You, Sieur de la Découverte épousa une femme amérindienne de la Première Nation Miami, appelée Elizabeth. Ce fut le premier mariage enregistré de Chicago.

Pierre François Pinet et Julien Pineteau, prêtres jésuites, fondèrent la mission de l’Ange Gardien des Miamis en 1696.

De 1697 à environ 1702, Pierre-Charles, sieur de Liette, aide de camp d’Henri Tonti, a tenu un poste de traite près du site où Fort Dearborn fut construit 100 ans plus tard.

Le Français est la seule langue internationale qui a accompagné Chicago de sa genèse à aujourd’hui.

Le Fondateur de Chicago

Photo WBEZ

L’Haïtien Jean-Baptiste Pointe DuSable, né d’un père canadien-français, a fait de Chicago son lieu de résidence en 1780. Ses terres étaient situées sur ce qui est de nos jours la place Pioneer Court près de l’embouchure de la rivière Chicago. L’endroit est considéré comme étant le berceau de Chicago. Vers 1803, la propriété de DuSable a été achetée par John Kinzie, un commerçant de fourrures natif de la ville de Québec. Ce fut en 1968 que DuSable reçut le titre honorifique de “Fondateur de Chicago”.

C’est ici qu’aurait été située la mission de l’Ange Gardien auprès des Miamis (photo Thaddeus Roan)

C’est au centre-ville de Chicago, là où se trouve le gigantesque édifice Merchandise Mart au confluent des bras nord et sud de la rivière Chicago, que la mission de l’Ange Gardien des Miamis a été fondée en 1696. Elle était située à l’intersection de deux sentiers autochtones, le sentier La Baye (vers l’actuelle ville de Green Bay fondée par Jean Nicolet en 1634) et le sentier Vistula entre Chicago et Toledo à l’extrémité ouest du lac Érié près de Détroit.