Les belles histoires des pays d’en bas (comté de Wood)

Poteries caddos (photo Sharon Mitchell)

Il y a quatre cents ans, le bassin des rivières Angelina, Ouachita, Rouge du Sud (Red aujourd’hui), Sabine et Neches dans le nord-est du Texas, le nord-ouest de la Louisiane, le sud-ouest de l’Arkansas et le sud-est de l’Oklahoma étaient le pays des Caddos.

Ce peuple autochtone composé essentiellement d’agriculteurs, de guerriers et de potiers était connu des missionnaires français, notamment le père Valentin, et des commerçants de Natchitoches, comme François Grappé dit Touline. Dans le comté de Wood au Texas, il existe des preuves archéologiques suggérant qu’un poste commercial français se trouvait le long du ruisseau Mill Race au début des années 1700 près de l’actuelle ville de Hainesville. On dit également que Louis Juchereau de Saint-Denis, un Québécois originaire de Beauport (ville de Québec), aurait érigé le méconnu Fort Le Dout près de Black Oak pour solidifier les intérêts de la France dans la région.

Saint-Denis et le fort Le Dout

Quelques habitants du comté ont témoigné récemment dans la gazette locale que selon leurs aïeux il y avait ici un fort français. Le journaliste conclut sa chronique en rapportant que même si les relations entre les Amérindiens, les Français et les Espagnols restent un mystère, la présence du Fort Le Dout aux limites occidentales de la Grande Louisiane française est une chose certaine.

Une plaque commémorative à l’intersection des routes 21 et 225 dans le hameau de Douglass rappelle aux visiteurs que Saint-Denis a joué un rôle important dans l’histoire préliminaire du Texas. Il a aidé à fonder six missions dans l’est du Texas. En outre, il est considéré comme le premier Blanc à parcourir El Camino Real (le chemin Royal), une ancienne piste des Caddos, à travers la Grande Louisiane jusqu’à la ville de Mexico. Sur la carte du Texas dressée par Guillaume Delisle en 1718 figure l’ancienne piste des Caddos parcourue par Saint-Denis en 1713 et 1716 de la rivière Rouge au Rio Grande.

Comme les Espagnols avaient interdit le commerce des armes à feu avec les Amérindiens et que les Caddos, alliés des Français, demandaient des fusils, il n’est pas surprenant que Saint-Denis ait alors érigé un poste de traite fortifié nommé Fort Le Doute dans le comté de Wood. Ce fait français explique la déclaration du gouverneur de la ville de Mexico “Saint-Denis est mort. Dieu merci”.