Fortification d’un centre névralgique à Metropolis

Carte de 1717 du Pays des Illinois (cartographe inconnu)

En 1702, Charles Juchereau de Saint-Denis, entrepreneur, érigea un premier fort (au point rouge “ancien fort”, voir schéma) à l’embouchure de la rivière Ohio.

Il s’agissait de protéger la tannerie, surnommée Va Bache, qu’il fonda quelque part à l’ouest de l’actuel ville de Metropolis pour l’apprêt des peaux de bisons qu’il marchandait avec les peuples autochtones par autorisation du roi Louis XIV. L’entreprise permit aux autorités en place de saisir l’importance stratégique de la rivière Ohio pour relier le Canada à la Grande Louisiane. Ainsi, Fort Duquesne se devait d’être édifié là où nait la rivière Ohio (voir Pittsburgh).

Le site du fort de Va Bache permettait d’accéder rapidement par trois voies navigables à la grande piste migratoire des bisons plus à l’est (voir schéma), c’est-à-dire (1) la rivière Ouabache aussi appelée la Saint-Jérôme, (2) la rivière des anciens Chaouanous (ou Ériés) qui étaient aussi appelés les gens du Chat ou Puma, et (3) la rivière des Casquinambaux (ou Cherokees) qui étaient un peuple puissant dans le sud-est.

Fort de l’Ascension devint Fort Massiac puis Massac

Photo Smallbones

Le 19 mai 1757, jour de l’Ascension, les compagnies franches de la Marine érigèrent un fort sur les hauteurs de la rivière Ohio au cœur de l’actuel ville de Metropolis. L’emplacement fut nommé Fort de l’Ascension. Sous la direction du capitaine Charles Philippe Aubry, sieur de la Gautraye, le fort fut terminé en 30 jours. Les fortifications avaient huit canons et environ 150 hommes en garnison. Son rôle principal était de ravitailler Fort Duquesne, construit en 1754 (devenu la ville de Pittsburgh là où commence la rivière Ohio) ainsi que Fort de la Presqu’Île (1753, à Érié), Fort LeBoeuf (1753, à Waterford) et Fort Machault (1754, à Franklin). Ces quatre fortifications, situées dans l’actuel État de Pennsylvanie, faisaient partie de la ligne de défense française au sud du lac Érié.

En 1759, Fort de l’Ascension fut rebaptisé Fort Massiac en l’honneur de Claude Louis d’Espinchal, Marquis de Massiac, Ministre des Affaires coloniales et de la Marine du roi Louis XV de France. Suite au Traité de Paris de 1763, le fort fut transféré aux Anglais et prit le nom anglicisé de Fort Massac, mais fut aussitôt incendié par les Chicachas. Il fut reconstruit par les Américains en 1794 et démantelé à la fin de la Guerre de 1812. Une réplique du Fort Massac fut érigée au début de 1970 aux côtés des ruines du fort français.