Dauphin Island, Alabama, où tout a commencé

L’île Dauphin, Alabama

C’est un secret d’histoire que la colonisation de la Grande Louisiane française a débuté à l’île Dauphin, aujourd’hui Dauphin Island, dans l’actuel État d’Alabama le samedi 31 janvier 1699.

En 1697, Jérôme Phélypeaux de Maurepas, comte de Pontchartrain et secrétaire d’État de la Marine pour le royaume de France, demanda à Pierre Le Moyne d’Iberville, un Canadien originaire de Ville-Marie (Montréal), de coloniser l’embouchure du fleuve Mississippi. Au début du mois d’octobre 1698, d’Iberville et son équipage quittèrent La Rochelle, France, sur cinq voiliers y compris les formidables frégates La Badine et Le Marin. Quatre mois plus tard à son arrivée dans le golfe du Mexique, la flotte s’ancra à l’île Dauphin, à l’entrée de la baie de Mobile où les eaux étaient trop peu profondes et les bancs de sable trop mouvants et périlleux pour y naviguer en toute sécurité.

Séjour historique sur l’île Dauphin

Après avoir découvert une soixantaine de squelettes humains dans la partie sud-ouest de l’île, les premiers colons de la Grande Louisiane nommèrent l’endroit “Île au massacre”. Il semblerait que ce site horrible ait été un tertre funéraire des Amérindiens qu’un ouragan aurait mis à découvert l’année précédente. Le séjour des Français sur l’île fut de courte durée. Vers le 8 février 1699 ils reprirent la mer vers l’ouest pour se rapprocher du fleuve Mississippi. Mais ils revinrent en 1702 pour ériger à Mobile Fort Louis de la Louisiane.

À l’époque où Mobile était la première capitale de la Grande Louisiane française (1702 – 1719), l’île Dauphin, appelé Dauphine sur la carte dressée en 1718 par Sieur Broutin (ci-dessus), ingénieur du roi de France, servait de port maritime. Des petits bateaux à fond plat faisaient la navette entre l’île et Mobile. De nos jours, Dauphin Island (environ 1200 habitants) a une fierté incontestable d’appartenance à la Grande Louisiane française.

Son blason affiche trois fleurs de lys. Il en est de même du blason de l’Alabama. Un grand nombre des rues de l’île porte un nom français, notamment Beauregard, Pontchartrain et Québec.