Boisé, un lieu couvert d’arbres révélant ses origines (Boise)

Photo Mark Quasius

Le ruisseau Hell Roaring chevauche à sa source la frontière entre l’Idaho et le Montana avant de se jeter dans la rivière Read Rock, un affluent de la rivière Beaverhead. Celle-ci rejoint la rivière Jefferson, un affluent du Missouri qui alimente le Mississippi.

Cette lignée de cours d’eau fait en sorte qu’une zone de l’Idaho appartient au basin du Mississippi et conséquemment faisait partie du territoire de la Grande Louisiane française. À cette époque les Nez Percés, les Cœurs d’Alène, les Pends d’Oreilles, les Têtes-Plates et les Gens du serpent étaient les tribus prédominantes de l’Idaho, un nom qui n’a aucune signification en lui-même. Par contre, Nez Percé est le nom que les coureurs des bois canadiens-français, qui séjournaient dans la région régulièrement au cours du 18ème siècle, ont donné à ces gens parce que certains d’entre eux portaient un coquillage incrusté dans une narine.

Les tribus prédominantes de l’Idaho

La tribu Schitsu’umsh signifiant “Habitants de cette terre charmante” fut nommée Cœur d’Alène en référence au lac de leur pays qu’une alène, un outil de finition, avait embelli avec cœur. La revue National Geographic a récemment décrit le lac Cœur d’Alene comme l’un des cinq plus beaux lacs au monde. Le nom “Pends d’Oreille” fut donné à cette tribu car à l’époque de la Grande Louisiane française ses membres portaient des coquillages suspendus aux oreilles.

Famille tête-plate dans l’Idaho

Les Têtes-Plates ont été nommées ainsi parce que les hommes de ce peuple autochtone portaient des chapeaux à tête-plate. En 1805, leur chef Trois-Aigles a rencontré l’expédition de Lewis et Clark. Les deux explorateurs notèrent dans leur journal que les Têtes-Plates avaient plus de 450 huttes et environ 500 chevaux.

La première référence écrite aux Gens du serpent a probablement été celle de Pierre Gaultier de La Vérendrye, originaire de Trois-Rivières, Québec, lors d’un rendez-vous avec les Mandans en 1739 au pied des Rocheuses. Plus tard, les commerçants anglais et les colons américains adoptèrent les termes français (sans l’accent) pour plusieurs de ces Premières Nations de l’Ouest américain, notamment la tribu Nez Perce. Ces secrets d’histoire montrent que le français a été pour beaucoup d’Amérindiens la première langue européenne qu’ils ont entendue. Ce riche héritage français se doit d’être rendu public.

La ville des arbres

Boise, la ville des arbres

Boise, surnommée la ville des arbres, est la capitale et la métropole de l’Idaho. Son nom d’origine, Boisé, lui a été conféré par des Canadiens-français au 18ème siècle parce que le lieu était couvert d’arbres procurant un soulagement aux voyageurs.

Plus d’une vingtaine de lieux dans l’Idaho portent un nom français, par ex. Arbon, Blanchard, Bruneau, Culdesac, Dubois, Grandjean, Jacques, Labelle, Michaud, Montour, Paris et Payette.