De l’Anse à la Graisse à New Madrid

Le bayou Saint-Jean

Les aînés du comté de New Madrid au Missouri vous diront qu’il y a 240 ans le gibier était en abondance dans la région. Les cerfs, les coyotes et les renards parcouraient le territoire en toute liberté. Tout le monde mangeait à sa faim.

Vers 1780 François et Joseph Lesieur, originaires de Yamachiche au Québec, arrivèrent au bayou Saint-Jean (St. John’s, aujourd’hui) pour y établir un poste de traite parmi les Chaouanons (Shawnees). Ils nommèrent l’endroit “Anse à la Graisse” parce que sur le rivage et en remontant la piste vers l’intérieur des terres, les frères Lesieur avaient remarqué des morceaux de graisse animale répandus ici et là sur le sol. Les coupables semblaient décimer la vie animale des environs, pas pour nourrir leurs familles mais pour récolter la précieuse graisse appelée “suif”. Alors que la viande était laissée à pourrir, le suif était utilisé pour l’assouplissement et l’imperméabilisation des peaux de fourrure.

Fort Céleste et New Madrid

David Rumsey Historical Map

Plusieurs nouveaux arrivants s’installèrent à Anse à la Graisse au printemps 1789, quand George Morgan, un héros de la Guerre d’indépendance des États-Unis, proposa à l’administration espagnole de la Louisiane un immense plan de développement urbain sur quelque 15 millions d’acres. Le projet grandiose fut surnommé New Madrid d’après la capitale de l’Espagne sans l’accord du gouverneur Esteban Miró et dût être abandonné. À l’automne de la même année, à la demande du gouverneur, le lieutenant Pierre Forcher et une trentaine de soldats érigèrent Fort Céleste sur la berge occidentale du Mississippi.

Sept ans après la construction du Fort Céleste, nommé d’après l’épouse du gouverneur Miró, les eaux du Mississippi avaient déjà commencé à ronger les palissades, tel qu’on peut le voir sur la carte ci-dessous. Aujourd’hui, le vieux New Madrid est sous l’eau. Comme beaucoup de villes au Québec, plusieurs rues de l’actuel New Madrid portent le nom d’un saint ou d’une sainte, notamment la rue Sainte-Catherine.

L’American Queen à New Madrid (photo Rock Ends)

François et Joseph Lesieur étaient des descendants de Charles Lesieur, né à Ozeville, en Normandie, qui arriva en Nouvelle-France vers 1670. En 1671, il épousa Françoise de Lafond, nièce de Pierre Boucher, gouverneur de Trois-Rivières. Elle était âgée de treize ans. Charles devint un riche propriétaire terrien et un avocat en fiscalité. Il portait aussi le nom de “dit Lapierre”. Neuf enfants sont nés de leur union. Le couple s’était installé à Batiscan nommé d’après un chef algonquin de la région de Trois-Rivières.