L’étonnante histoire francophone de Fort Pierre

Photo Tourisme Dakota du Sud

La ville de Fort Pierre (Dakota du Sud) est située sur la rive droite de la rivière Missouri, à la confluence de la rivière Bad. En 1832, le marchand de fourrures franco-américain Pierre Chouteau Junior fit construire un poste de traite fortifié, auquel il donna son nom, près de l’embouchure de la rivière. L’activité de ce fort fut le vrai point de départ d’une colonisation euro-américaine continue à cet endroit où la ville de Fort Pierre emprunta le nom du fort.

Pierre Chouteau ne pouvait cependant pas savoir qu’au 18e siècle, des explorateurs canadiens, les tout premiers Européens, avaient déjà séjourné au même endroit et enfoui un étonnant objet qui ne fut découvert qu’en… 1913 ! Que s’est-il passé ? Quelle est cette étonnante histoire francophone de Fort Pierre ? Il faut pour cela remonter aux explorations du Canadien Pierre Gaultier de Varennes et de la Vérendrye et de ses fils, à partir des années 1730, qui furent les premiers Européens à ouvrir des routes commerciales au nord-ouest du lac Supérieur.

L’histoire francophone de Fort-Pierre

Photo South Dakota State Historical Society

En 1742-1743, deux des fils La Vérendrye, Louis-Joseph et François, entreprirent une expédition mémorable dans le Sud-Ouest, à partir du fort La Reine (situé au sud du lac Manitoba), où ils rencontrèrent diverses tribus amérindiennes (Mandan, Corbeau, Arikara…). En mars 1743, ils séjournèrent dans un village arikara, au bord de la rivière Missouri, dans l’actuel Dakota du Sud. Au moment de prendre le chemin du retour, Louis-Joseph enfouit sous terre, en guise de témoignage, à l’insu des Arikaras, une plaque de plomb portant une inscription latine qui peut être traduite ainsi : “L’an 26 du règne de Louis XV. Pour le roi, très illustre seigneur. Par Monsieur le Marquis de Beauharnois, 1741. Placé par Pierre Gaultier de Laverendrie“.

Photo South Dakota State Historical Society

Les deux frères ne purent jamais concrétiser les formidables opportunités commerciales créées par leur amitié avec ces nouvelles tribus amérindiennes, inconnues jusqu’alors. Le village arikara était situé sur le site de la ville de Fort Pierre et la plaque de plomb resta enfouie sur une colline du site jusqu’en 1913 quand un groupe d’écoliers découvrit l’objet par hasard. Il s’agit du tout premier témoignage écrit de la présence européenne dans le Dakota du Sud et de l’un des monuments les plus précieux de l’histoire de l’Ouest américain.